Archives du mot-clé compléments alimentaires

Actualités: Alli, pilule pour perdre du poids

Alli arrive dans nos pharmacies et, disponible sans ordonnance, c’est la star de la semaine. Toute la presse en parle : Alli, la pilule qui fait perdre du poids. Alors, qu’en est-il au juste ? Avis d’une diététicienne…

D’abord, quelques données pharmacologiques.

La pilule Alli est la petite sœur du Xénical déjà commercialisée par le laboratoire Roche depuis plus de dix ans, mais sur ordonnance celle là. Alli est en fait une demi-dose du Xénical. C’est tout nouveau, ça vient de sortir, grâce à l’Europe maintenant il suffit de diviser un cachet par deux pour pouvoir le distribuer en accès libre… Libre ? Mais non me direz-vous, le produit est « derrière » le comptoir et les pharmaciens ont pour consigne de ne le vendre que dans les cas d’IMC (Indice de Masse corporelle) supérieur à 28, c’est à dire un surpoids médical avéré. Mais ces mêmes pharmacies n’ont-elles pas été littéralement dévalisées dernièrement de leur stock de Tamiflon, pourtant vendu sur ordonnance, lorsque H1N1 a commencé à sévir au Mexique ?

Le principe actif d’Alli, comme du Xénical, en est l’Orlistat, molécule qui agît dans l’estomac et l’intestin grêle pour, en gros, empêcher l’absorption de nos graisses alimentaires. Alli, c’est 25% du gras que l’on mange qui ressort tel quel.
Alors, c’est quoi le nouveau principe pour perdre du poids ? Prendre un Mac do et le retrouver dans nos selles après ? Et pourquoi pas se faire vomir aussi tant qu’on y est ? Ca me rappelle vaguement un fonctionnement vu et revu dans certains troubles du comportement alimentaire bien connus, et je gage qu’Ana et ses amies boulimiques ne vont pas perdre de temps à se le procurer…

A savoir également, avant de se lancer dans l’aventure, Alli réserve quelques « désagréments » pour leurs utilisateurs, quelques « effets indésirables ». Sur la fiche technique de présentation du produit disponible sur le site de l’AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) on peut ainsi lire : « flatulences avec ou sans tâches huileuses, besoin impérieux ou plus fréquent d’aller à la selle, voire incontinence de selles, selles molles, grasses ou huileuses ». Pas terrible quand même quand on vient justement de se décider à se prendre en main pour se sentir mieux, être en bonne santé…

Et l’impact d’Alli sur notre santé justement? Sur nos intestins ? Comment va donc pouvoir bien réagir à cet assaut de matières grasses notre chère flore intestinale, que nous essayons tant bien que mal de chouchouter avec nos produits laitiers au  « bifidus », nos fibres alimentaires probiotiques et compagnie ? Comme d’habitude : on verra bien… Les consommateurs feront le test… L’histoire est pourtant longue des pilules « miracle » retirées du marché après avoir découvert leurs effets néfastes sur la santé. Je cite ?

Et sans compter toutes les études actuelles qui commencent à démontrer le rôle de cette même flore intestinale dans, justement, les problèmes d’obésité. On ferait peut-être bien d’attendre un peu, avant de tout chambouler là-dedans.

Mais, si ça marchait vraiment?
Les sites de vente en ligne annoncent comme résultats de doubler la perte de poids par rapport à un régime seul. Tentant… Les données techniques délivrées par l’AFFSAPS présentent les résultats des études concernant le Xénical (double dose d’Alli) : après 1 an de traitement, accompagné d’un régime hypocalorique toujours, les patients suivis ont perdu 10% de leur poids corporel contre 8% pour le groupe placébo. A moins que je ne sache plus compter, la perte de poids n’a donc pas été doublée, et ce malgré la double dose… Et en se basant sur ces résultats, pour un demi-cachet, aurait-t-on trouvé une différence de 1% sur la perte de poids ? A 39 euros environ pour deux semaines de traitement, ça fait un peu cher le kilo à perdre…

Enfin, la pilule Alli fonctionne bien si elle est accompagnée d’un régime hypocalorique. Et là je m’interroge une nouvelle fois : pourquoi prendre Alli puisque, seul, un régime hypocalorique bien fait suffit à rentrer dans une démarche de perte de poids ? De plus, un régime hypocalorique étant déjà réduit en lipides, retirer encore une partie des lipides ingérés ne va-t-il pas conduire à un régime tout simplement hyper-restrictif ? Ha ! Tu croyais avoir mangé ?! Et bien non… à la diète… Et pourtant les régimes trop stricts, on a déjà testé : on perd… et on reprend !

Il faudra enfin prévoir quelques carences durant le traitement du fait, justement, de cette insuffisance en lipides alimentaires : carences en vitamines A, D, E, K…
Mais malgré tout cela, je présume que nombreux sont ceux et celles qui se laisseront tout de même tenter, les magazines et les publicités sont toujours là pour nous rappeler combien il est important d’être « svelte » avant l’été… Oui d’accord… mais après ?

Site de l’AFSSAPS – sujet Alli: http://www.afssaps.fr/content/search?SearchText=alli&ok=Valider

Calculer son IMC: http://www.anaislaffond.com/2009/05/outil-savoir-calculer-son-imc/

par Anaïs Laffond – diététicienne nutritionniste Paris

Consommateurs, les cobayes des compléments alimentaires

Le marché des compléments alimentaires en France est en pleine explosion et a de beaux jours devant lui… On nous vend la santé dans l’assiette ET dans la boîte de gélule. Mais n’est-il pas plus facile d’avaler deux ou trois gélules plutôt que de faire le marché, de cuisiner du poisson, de préparer une salade de fruits ? En tout cas c’est bien plus rapide, et ça en attirera plus d’un à l’heure ou nous n’avons plus le temps de rien…

A titre d’exemple, il existe aujourd’hui aux États-Unis 75 000 types de compléments alimentaires. 50% des adultes en consomment tous les jours et 12% en prennent cinq ou plus par jour ! Nous sommes encore loin de ces chiffres en France mais les compléments alimentaires sont d’ores et déjà omniprésents et libres d’accès dans toutes nos pharmacies et grandes surfaces et avec eux, leurs lots de promesse, santé, longévité, beauté… Tout ce dont on rêve en gros.

Pourtant, il faut noter l’insuffisance flagrante de garanties quant aux avantages qu’ils apportent sur la santé et, pire, pas de garanties non plus sur leur innocuité à long terme… Contrairement aux médicaments, leur commercialisation ne nécessite pas au préalable d’autorisation de mise sur le marché basée sur une expertise scientifique et indépendante du produit. L’industriel est seul responsable de ces actes, à nous donc de lui faire confiance en lui confiant le soin de notre santé.

Or quelques études récentes sur le sujet ne sont pas là pour nous rassurer…

Si les effets positifs sont démontrés à l’heure actuelle pour certains, des effets négatifs ont également été démontrés récemment pour d’autres.

Il en est ainsi du béta-carotène dont l’effet positif sur l’incidence du cancer du poumon s’inverse chez le fumeur. Donc gare aux gélules bronzage ! Les gros fumeurs feraient bien de lui préférer la fréquentation, raisonnable bien sûr, de la terrasse ensoleillée. Moins chère d’ailleurs…

Des études cliniques sur l’effet du sélénium et de la vitamine E ont également dû être arrêtées prématurément lorsque l’augmentation de l’incidence du cancer a été observée sur le groupe complémenté en vitamine E et idem pour l’augmentation de l’incidence du diabète pour le groupe traité en sélénium. Dommage pour les volontaires de l’étude… Mais d’ailleurs, ces produits ne sont-ils pas déjà en vente depuis longtemps ? Bien sûr, ces essais comprenaient certainement des doses très importantes, mais tout de même !

En conclusion, le manque d’information sur les effets réels des compléments alimentaires avant leur mise sur le marché paraît proprement scandaleux. Et il est comme un air de déjà vu concernant l’industrie pharmaceutique…

par Anaïs Laffond – diététicienne nutritionniste Paris