Archives du mot-clé maigrir

Le régime protéiné ou hyperprotéiné

Sachets, barres, poudres, crèmes… De nombreux produits dits de « régime protéinés » ou de « diète protéique » sont en vente libre, accessibles facilement et vantent comme résultats une perte de poids très rapide, de l’ordre de 2 à 3 kg par semaine.

Ce qui permet cette perte de poids rapide, ce ne sont pas les protéines, mais le très bas niveau calorique de la ration qui est proposée : de deux à trois fois moins de calories que votre ration habituelle ! Les protéines sont là pour offrir une protection contre la fonte musculaire et une sensation de rassasiement plus importante.

Il n’est pourtant pas nécessaire de dépenser beaucoup de sous pour peu de petits sachets lorsque l’on souhaite entamer ce type de diète. En effet, cette ration très basse calorie (800 à 1200 kcal/jour bien souvent) et hyperprotéinée est atteignable également avec des aliments normaux et tout nutritionniste qui possède le diplôme de diététicien est en mesure de vous calculer en quelques minutes une ration de ce niveau, mais à base de vrais aliments et de vrais repas.

Mais en réalité, ces régimes très basses calories et hyperprotéinés ne sont plus recommandés à l’heure actuelle pour perdre du poids car ils sont d’une part déséquilibrés (sources de carences et dangereux sur le long terme) et d’autre part parce qu’il s’ensuit bien souvent une reprise du poids perdu à la fin de régime.
En effet, le métabolisme a tendance à chercher, en quelque sorte, à s’adapter à ce nouvel apport énergétique bien en deçà de ses besoins réels, et le retour aux anciennes habitudes lui apporte des calories dont, en gros, il ne sait plus que faire… Du coup, il refait les stocks de graisse corporelle jusqu’à, petit à petit, se réadapter à sa nouvelle et ancienne ration retrouvée. Grosso modo, le temps de se réhabituer à manger, on a déjà tout repris…
Ce sont également ces régimes très basses calories qui ont fait naître les phénomènes très connus de « yoyo » sur la balance avec une prise pondérale importante en fin de course, au bout de plusieurs années.

Il faut également souligner que tous les régimes qui relèvent d’une restriction « cognitive » très importante (et c’est bien la cas lorsque l’on décide : « le pain, plus jamais » et qu’on le remplace par des steaks, peu attrayants au petit déjeuner, ou encore de la poudre à mouiller) s’accompagnent bien souvent de conséquences psychologiques, physiologiques et comportementales. On peut citer bien sûr la mise en place d’une relation complexe et conflictuelle avec les aliments, la perte de ses repères (l’impression de ne plus savoir comment manger), l’apparition de phénomènes de désinhibition ou d’hyperphagie entre les repas, sorte de boulimie passagère : je suis au régime, mais souvent « je craque » ! Et je peux manger un paquet tout entier…

Alors comment envisager une perte de poids ?

Il faudra déjà accepter de perdre autour de 2 à 4 kg par mois et non par semaine! (ce qui est déjà très rapide pour le corps) Viser le court terme, on l’a vu n’est pas la meilleure solution. D’autre part, il vaut mieux éviter les régimes « clefs en main » des magazines ou les régimes « faits maisons » où l’on ne mange plus que des légumes bouillis dénaturés et sans goût (histoire d’être sûr d’être bien au régime), tous trop bas également en calories. Le mieux pour atteindre cet objectif serait encore de vous faire calculer une ration alimentaire personnalisée par un professionnel de la diététique, calculée à partir d’une enquête alimentaire. Voire de vous faire accompagner dans votre démarche pour apprendre à manger mieux, à garder ses petits plaisirs, tout en perdant du poids.

Autres articles sur le sujet « perdre du poids »:

http://www.anaislaffond.com/2009/05/petits-secrets-pour-un-regime-qui-marche/

http://www.anaislaffond.com/2009/05/je-veux-perdre-du-poids-vite/

Anaïs Laffond – diététicienne Paris

Je veux perdre du poids, vite !

Mais puis-je vraiment perdre 10 Kg en deux semaines ? Mais oui, bien sûr ! Ma voisine l’a fait ! On lui a prescrit un régime « protéiné », vraiment elle était contente, elle a perdu tout ce qu’elle voulait… Bon, d’accord, elle n’a pas apprécié de manger de la viande à tous les repas, bon d’accord, elle a surtout tout repris après… Mais, je ferais attention, moi ! Si je fais tous ces efforts, pensez bien que ce n’est pas pour tout reprendre bêtement après ! Faut dire, j’ai vu son frigo, c’est pas terrible quand même, pas étonnant que ça s’en sente sur la balance…
Alors oui, je confirme, perdre du poids vite, c’est possible, c’est « facile » : et pourquoi pas, tant qu’on y est, arrêter tout simplement de manger ??? C’est en fait un peu aussi le but du régime steak haché… au bout  de trois jours de petit déj’ de ce type, je pense que votre appétit sera bien vite calmé !
Mais non, bien sûr, si tous les régimes rapides et miracles des magazines fonctionnaient réellement, ça fait longtemps qu’on aurait résolu tous nos problèmes de poids et d’obésité, vous ne croyez pas ?
Alors quelques explications pour comprendre POURQUOI ça ne marche pas :
Et bien, pour schématiser, notre corps est un peu comme une machine qui vit selon un régime de croisière et qui, pour cela, dépense tranquillement un certain nombre de calories (unités énergétiques) chaque jour pour accomplir son « job »: respirer, fabriquer et renouveler nos cellules, utiliser nos muscles, etc… Si votre alimentation vous apporte en moyenne 2000 kilocalories par jour, votre corps s’emploiera à bien les dépenser. C’est, en gros,  son budget quotidien.
Si vous soumettez votre corps d’un coup à un régime trop strict comme certains régimes « sachets », « soupe au chou » ou « protéiné » et j’en passe, vous demandez bien sûr à votre corps de puiser de manière importante dans ses réserves (d’où la perte de poids très rapide). Mais malgré l’utilisation de ses réserves, votre corps souffrira d’un manque énergétique et sera obligé de devenir « économe », en bref de s’adapter à une alimentation bien moins calorique que d’habitude.
Un peu comme si on vous diminue tout à coup votre salaire de moitié, vous pourrez bien sûr débloquer vos économies, mais il vous faudra aussi modifier de manière générale vos habitudes de consommation et apprendre à dépenser moins.
Et c’est là ou le bas blesse ! Lorsque vous aurez, enfin, perdu les kilos que vous jugez de trop, vous serez bien heureux ou heureuse de pouvoir, enfin, remanger « normalement » et retrouver les aliments que vous aimez tant. Mais votre corps, lui, aura pris l’habitude de vivre avec si peu ! Et que pensez-vous qu’il fera, du coup, avec les 2000 kilocalories qui lui reviendront ? Et bien, des économies bien sûr ! N’en ayant que faire, il les restockera tranquillement le temps de se réhabituer progressivement à votre régime normal… Et vous voilà reparti(e) avec vos kilos en trop !
Cet article n’a pas pour but de démoraliser les candidat(e)s au régime, car perdre du poids reste tout à fait possible bien sûr. C’est le mot « vite » qui est seul en cause dans cette analyse. On considère qu’une perte de poids optimale pour un régime se situerait autour de 1 à 2 Kg de masse grasse corporelle par mois. Cela est proche des variations naturelles de notre poids au fil du temps: à ceux qui prennent l’hiver et reperdent l’été, à ceux qui prennent en vacance et reperde à la rentrée, etc… Mais on peut aussi envisager de perdre entre 2 à 4 kilos pendant quelques mois, à condition, si possible, de se faire accompagner d’un professionnel, de rester dans une alimentation qui ne coupe pas du jour au lendemain le corps de ses habitudes alimentaires, et, bien sûr, en prévoyant une ration qui reste équilibrée pour éviter toute carence sur la période de perte de poids.

par Anaïs Laffond – diététicienne nutritionniste Paris

La cellulite, en venir à bout ?

Clémentine

Clémentine

Le diététicien n’est pas un spécialiste des problèmes de « cellulite » puisqu’il s’agit d’un problème dermatologique…
Et pourtant, nombreuses sont celles qui s’en plaignent en consultation, et pour cause : elle toucherait 90% des femmes ! Qu’on se rassure donc, on est pas les seules, au moins ça fait du bien de le savoir.

Mais même si… On a quand même le droit d’essayer de ne pas se laisser faire, non ? Alors comment faire ?

Avant tout, rappel de quelques injustices sur le sujet :
•    La cellulite ne touche quasiment pas les hommes (aucun réconfort à attendre donc de ce côté là…).
•    Elle peut toucher aussi bien des femmes jeunes que plus âgées, minces que moins minces, etc…

Et quelques définitions :
Ce que l’on appelle communément mais injustement « cellulite » est en fait la fameuse  « peau d’orange » .
En terme médical, la cellulite est, elle, une inflammation des tissus situés sous la peau. Donc, rien à voir.

Parlons alors de cette peau d’orange, plusieurs facteurs peuvent être en jeu :
–    mauvaise circulation sanguine
–    prise de poids : stockage de graisse corporelle sous la peau (d’où son apparition principalement sur les « lieux » de stockages naturels des femmes, les hanches, le haut des cuisses)
–    rétention d’eau
–    perte d’élasticité de la peau
–    facteurs hormonaux : grossesse, contraception…

Il faudra donc choisir parmi tout ça les fronts de lutte qui vous concernent le plus !

Pour celles qui ont vu la cellulite apparaître avec l’arrivée de récents kilos, la perte de ceux-ci arrangera très certainement la situation.

Et pour les autres ?
Malheureusement perdre du poids coûte que coûte ne sera pas une solution si le fond du « problème » ne vient pas de là !

Mais quelques pistes diététiques s’offrent tout de même à elles, comme consommer des flavonoïdes par exemple…

Les flavonoïdes sont des anti-oxydants utilisés en phytothérapie pour leurs propriétés de renforcement des vaisseaux capillaires (artères, veines et tissus lymphatiques) et pour leur propriété diurétique et donc drainante. Très utiles donc, dans la lutte contre la peau d’orange !
Autre qualité à noter : ils s’opposeraient à l’altération des fibres de collagène de la peau, or la perte d’élasticité de la peau, on l’a vu, est un des facteurs d’apparition des capitons.
Où les trouver : dans les agrumes, dans les raisins (jus de raisin, vin), les myrtilles et les autres baies rouges, mais aussi les oignons, le brocolis, le thé vert et noir et, de manière plus générale, dans les enveloppes de tous les fruits, légumes et céréales, à consommer de préférence complètes donc…

Une alimentation équilibrée, variée et riche en fruits, légumes et céréales complètes sera donc bienvenue dans votre plan de lutte.

Il faudra compter également sur des moyens non diététiques comme le sport, ou plus radicaux encore comme les crèmes locales anti-cellulite ou les massages en palper-rouler (ouille..).

Bien entendu, le plus simple serait encore que la cellulite redevienne à la mode!
Mais que font les lobbies de la mini jupe ?

Plus d’infos sur les anti-oxydants: http://www.anaislaffond.com/2009/02/les-anti-oxydants-mieux-quune-creme-anti-age/

par Anaïs Laffond – diététicienne nutritionniste Paris