Archives du mot-clé Obésité

Outil: savoir calculer son IMC

L’IMC ou Indice de Masse Corporelle (ou Body Mass Indice en anglais) est un indice qui permet, au niveau médical, de déceler les personnes dont le poids peut avoir ou aura une influence sur la santé.

Il permet en particulier de diagnostiquer le surpoids et l’obésité.

Calcul de l’IMC:

Poids (en kilos) / (taille (en mètre) x taille)

Exemple:

Je mesure 1m65 et je pèse 58 Kg.

Mon IMC sera de:
58 / (1,65 x 1,65) soit 58 / 2,7225 soit encore 21.


Comment traduire le résultat?

Chez l’enfant, jusqu’à 18 ans, il faut reporter le chiffre d’IMC calculé sur la courbe garçon ou fille figurant dans le carnet de santé.

Chez l’adulte:

  • <18,5: sous-poids
  • 18,5 à 25: valeurs de référence
  • 25 à 30: surpoids (risques pour la santé légèrement augmentés)
  • 30 à 35: obésité modérée (risques pour la santé modérément augmentés)
  • 35 à 40: obésité sévère (risques pour la santé fortement augmentés)
  • > 40: obésité massive (risques pour la santé très fortement augmentés)

par Anaïs Laffond – diététicienne nutritionniste Paris

Enquête OBEPI 2006- les chiffres de l’obésité en France

L’enquête OBEPI 2006 a été réalisée sur un échantillon de 23 747 adultes de plus de 15 ans. Pour sa quatrième édition, l’enquête a révélé sans surprise que les taux d’obésité en France ne cessent d’augmenter.

La prévalence de l’obésité en France était de 12.4% en moyenne en 2006 contre 11,3% en 2003 et 8,2% en 1997. Elle touche principalement les régions du Nord, de l’Est et la région parisienne et de manière générale les taux sont plus importants dans les milieux les moins aisés.

De 1997 à 2006, on note que:

  • La taille moyenne des français a augmenté de 0,4 cm et le poids de 2,1Kg
  • La prévalence de l’obésité reste inversement proportionnelle au niveau de revenus des foyers. On note en 2006 une amorce de diminution de l’obésité chez les catégories aux revenus les plus élevés (plus sensibles aux messages nutritionnels?)
  • Si la prévalence de l’obésité a augmenté que que soit le sexe, l’augmentation semble être plus importante chez les femmes que chez les hommes.

Pour plus d’informations – Source:

http://www.lesechos.fr/medias/2006/0919/300098332.pdf